Cladocora caespitosa, un des coraux présents dans l’aire marine protégée du Larvotto

 

-Texte Docteur Stéphanie Reynaud et Docteur Christine Ferrier-Pagès-

CLADOCORE (CLADOCORA CAESPILOSA)

Cladocora caespitosa est l’une des 200 espèces de coraux vivant actuellement en Méditerranée. Il fait partie de la classe des hexacoralliaires, qui regroupe les coraux ayant une symétrie en 6 (six tentacules, par exemple), et de l’ordre des scléractiniaires, qui représente tous les coraux sécrétant un squelette dur.

CLADOCORE (CLADOCORA CAESPITOSA). AIRE MARINE PROTEGEE DU LARVOT

Les colonies de Cladocora sont formées de un ou plusieurs polypes (nom de l’animal formant le squelette calcaire). Les polypes ressemblent à de petites méduses: ils ont un seul orifice servant à la fois de bouche et d’anus, connecté à estomac et entouré de tentacules. Les polypes sont des organismes simples constitués de deux couches de tissus : la couche interne est responsable de la formation du squelette, alors que la couche externe contient des algues symbiotiques communément appelées zooxanthelles. Bien que sécrétant un squelette calcaire, Cladocora, ne forme pas de grandes structures récifales comme c’est le cas pour les coraux tropicaux. Il forme plutôt des colonies sphériques de 10 à 30 cm de diamètre. Cependant, il peut être très abondant par endroits, comme en Adriatique, et plus précisément dans le lagon côtier de Veliko Jezero, où il couvre une surface totale de 650 m2, entre 4 et 18 m de profondeur. On le trouve un peu partout en Méditerranée : en Espagne, France, Italie, Grèce, le long des côtes sud d’Israël, d’Egypte et de Tunisie mais aussi sur les côtes Atlantique de l’Espagne et du Maroc.

Comme les colonies contiennent des algues dans leurs tissus, leur distribution bathymétrique est limitée à la zone euphotique, c’est à dire la zone qui reçoit la lumière naturelle du soleil (entre 0 et 40 m en Méditerranée). Cependant, on peut le trouver aussi bien sur des substrats rocheux que sableux, dans des environnements calmes ou exposés à une forte courantologie et sédimentologie. La colonie se développe par reproduction asexuée (en formant de nouveaux polypes qui viennent se rajouter aux polypes existants) ou par reproduction sexuée.

CLADOCORE (CLADOCORA CAESPILOSA)

Cladocora bénéficie d’une symbiose avec des algues pour sa nutrition. Les algues utilisent la lumière et les sels nutritifs dissous dans l’eau pour réaliser la photosynthèse et produire des composés organiques (sucres, acides aminés, lipides) appelés photosynthétats. Les photosynthétas sont  ensuite transférés à l’animal pour sa propre nutrition. L’animal est également capable de se nourrir de plancton, petits organismes flottant dans la colonne d’eau. C’est cette double nutrition qui permet aux coraux comme Cladocora de se développer rapidement dans des milieux pauvres en nourriture.

Comme la plupart des organismes benthiques, Cladocora est menacé par le réchauffement climatique et l’augmentation de la température de l’eau. En été, lorsque les eaux de surface dépassent 24°C pendant plus de trois semaines, une mortalité massive est observée. Il est aussi impacté par l’acidification des océans qui va ralentir la croissance de son squelette de façon significative. C’est pour cela que c’est une des espèces que l’AMPN protège au sein de l’aire marine protégée  du Larvotto. Quelques colonies s’y développent au niveau des enrochements situés le long des digues dans de très petits fonds (entre 3 et 12 m), depuis de nombreuses années et font l’objet d’une attention particulière.